24.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueilorangeLa Santé malade à Mayotte

La Santé malade à Mayotte

Alors que ce lundi est consacré à une séquence santé pour Sébastien Lecornu, les acteurs de la santé font remonter des informations préoccupantes. Les urgences au bloc opératoire pourraient ne plus être assurées faute d’infirmiers spécialisés, alertent les professionnels. Les syndicats aux aussi évoquent l’insuffisance de médecins, notamment spécialistes, et réclament une plus grande implication des élus dans le système de santé local.

Le diagnostic n’est pas bon. Professionnels et syndicats sont unanimes et interpellent le ministre des Outre-mer sur l’accès aux soins à Mayotte. Pas sur le mode national où les déserts médicaux se font jour depuis ces dernières années, mais sur des services cruciaux comme le bloc opératoire. Nous apprenons de la part des professionnels du CHM eux-mêmes que sa survie est menacée, « le manque actuel d’infirmiers anesthésistes et le prévisionnel d’infirmiers de bloc opératoire nous oblige à fermer le Bloc Central pour le mois de septembre et octobre 2021, afin de préserver une équipe paramédicale pour la maternité et les urgences obstétricales », alertent-ils dans un courrier, “Une situation qui amène à faire appel à la réserve sanitaire sur un service basique et non en tension au regard d’une épidémie Covid qui nous épargne pour le moment. Les patients vont devoir être transférés vers La Réunion ou la métropole”.

De leurs côtés, les syndicats CFDT Santé sociaux, CFE CGC et CFTC Santé sociaux, alertent sur des délais d’attente « déraisonnables » pour les rendez-vous avec les spécialistes en ORL, Ophtalmologie, Gastrologie, Gynécologie, etc. Ils évoquent eux aussi dans un courrier aux élus de Mayotte, la fermeture de 4 salles sur 7 du bloc opératoire. En pointant une « surpopulation de 180% », « régulièrement des patients passent la nuit sur des brancards faute de lit pour les installer dignement ». Un contexte qui ne permet pas d’exercer sereinement pour les professionnels.

CHM, Mayotte
Des patients en attente dans les couloirs, et ça date !

Quelle planification des besoins en santé ?

L’intersyndicale émet la demande de classer le CHM en « hôpital de proximité ». Cela lui permettrait en travaillant notamment sur la prévention, de  garantir l’accès local aux soins de la population et la fluidité des parcours de soins, notamment pour les pathologies chroniques, et de bénéficier d’un financement dérogatoire permettant à la fois de sécuriser leur activité de médecine et de soutenir leurs missions élargies.

Ils demandent par ailleurs que soit rendu public la planification des besoins en santé et des formation en professionnels médicaux et paramédicaux, élaborée en concertation avec les acteurs locaux comme le demande à l’ARS une circulaire du ministre de la Santé et de la Direction générale de l’offre de soins du 14 octobre 2020.

Si Dominique Voynet a annoncé l’évolution positive du dossier du 2ème hôpital, des travaux sont programmés dans l’actuel CHM, « et doivent débuter en septembre 2021 » rappellent les soignants qui demandent qu’un point soit fait.

En conclusion, ils demandent aux élus du territoire, nationaux, départementaux et communaux, d’œuvrer en faveur d’une meilleure « concertation entre les acteurs de la santé des Mahorais et les forces vives du territoire ».

Un SOS lancé par les acteurs de santé alors que doit être inauguré le SSR Martial Henry en Petite Terre ce mardi.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139533
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "dans l'obligation de couper la distribution d'eau...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com