24.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueiljusticePrison pas très ferme pour les braconniers de tortue

Prison pas très ferme pour les braconniers de tortue

Malgré une jurisprudence très sévère en la matière, trois braconniers ont été condamnés à de la prison ferme mais sans incarcération immédiate ce vendredi, au grand dam des associations environnementales qui ont permis leur interpellation au prix d'une tortue tuée.

Le plan d’action contre le braconnage chapeauté par l’ancien préfet Colombet porte ses fruits, mais le message de la justice n’est pas forcément à la hauteur selon les associations environnementales qui se constituent partie-civile à chaque procès de braconniers.

Trois d’entre eux, un Français et deux Comoriens en situation régulière -c’est assez rare en matière de braconnage pour être précisé- ont comparu ce vendredi après avoir été interpellé grâce aux associations déployées en Petite Terre, à leur partenariat avec la gendarmerie maritime, et à l’intervention de policiers hors service. L’un d’eux a d’ailleurs été blessé à la main quand un braconnier a tenté de fuir en grimpant à un arbre qui a cassé sous son poids, le faisant tomber sur le fonctionnaire.

Le temps de faire intervenir les forces de l’ordre, les malfaiteurs ont réussi à dépecer une tortue, et d’emporter 71kg de viande. Une opération menée avec une “précision chirurgicale”, sans lumière, et sans mettre “un grain de sable” dans la viande, illustre le procureur Yann Le Bris, qui y voit la preuve que l’équipe est très expérimentée. Comme quasiment tous les braconniers, ceux-ci ont toutefois tenté de convaincre à la barre que c’était leur “première fois” et que la viande était destinée à leur “consommation personnelle”. Une thèse à laquelle “personne ne croit” a assené le procureur.

La plage de Petit Moya est prisée des braconniers. Une recrudescence de pontes y est enregistrée depuis que la subsidence de l’île aurait conduit de nombreuses tortues à se détourner des autres plages de Petite Terre au profit de celle-ci… qui est du coup particulièrement surveillée.

Des peines sévères pour les juristes, mais incomprises des justiciables

A l’issue d’un procès en comparution immédiate qui s’est tenu jusque tard dans la soirée de vendredi, les tueurs de tortue ont écopé de peines sans incarcération immédiate : 6 mois ferme pour un jeune qui n’aurait pas participé à la mise à mort de la tortue mais en aurait simplement transporté la viande, et 12 mois ferme pour les deux autres qui ont tué et dépecé l’animal protégé.

Or, la prison “ferme” n’est pas toujours synonyme d’incarcération. En deçà de 6 mois, la règle est d’aménager la peine (au moyen par exemple d’un bracelet électronique). entre 6 et 12 mois, la peine “ferme” peut être aménagée ” si la situation et la personnalité du condamné le permettent”. Il n’y a d’incarcération que si le juge prononce le mandat de dépôt. Au delà de 12 mois (ou 24 mois pour les infractions commises avant le 24 mars 2020), l’incarcération est automatique.

Là, en l’absence de mandat de dépôt, la condamnation des trois prévenus est désormais entre les mains du juge d’application des peines. En attendant leur convocation devant ce dernier, les trois complices ont donc repris la barge… avec les bénévoles venus témoigner contre eux quelques minutes plus tôt. Et au lieu de faire profil bas, ces derniers les y ont trouvés “moqueurs”, voire “provoquants”, et redoutent “un risque non négligeable de récidive”.

Selon le témoignage de l’officier la tortue n’avait pas eu le temps de pondre, et des dizaines d’œufs ont été retrouvés parmi les abats.

De quoi s’interroger sur le sens de ces condamnations à de la prison “ferme” mais sans mandat de dépôt, qui sont souvent mal comprises par les condamnés eux-mêmes, autorisés à rentrer chez eux. Un proche des braconniers en a même déduit qu’il s’agissait d’un “sursis”. Après cette condamnation qui n’est ferme que sur le papier, le procureur pourrait décider de faire appel, il a 10 jours pour cela.

En 2020, la chambre d’appel avait en effet prononcé 2 ans ferme avec mandat d’arrêt pour deux braconniers. En mai dernier, c’était 18 mois ferme qui étaient prononcés, toujours en appel, toujours à la demande du parquet, et toujours avec un mandat d’arrêt, l’absence d’incarcération en première instance ayant permis aux condamnés de disparaître dans la nature. Un cas de figure moins probable dans ce cas précis, au regard de la situation administrative des condamnés, insérés à Mayotte.

Y.D.

Photos @OFB

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139533
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "dans l'obligation de couper la distribution d'eau...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com