30.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 décembre 2021
AccueilorangeTransports scolaires : les trois recours rejetés par le tribunal administratif

Transports scolaires : les trois recours rejetés par le tribunal administratif

Le marché des transports scolaires tel que pensé par le conseil départemental en août 2020, restera en l’état. L’allotissement en 7 secteurs d’exploitation avait été l’objet de convoitise, la gestion étant isolée cette fois des autres lots, mais les requérants n’ont pas eu gain de cause.

Le marché qui devait être renouvelé il y a 3 ans, a fait l’objet d’avenant successifs, le 3ème ayant été déguisé en Convention de gestion en août dernier, dénoncé notamment par le groupement Ouvoimoja Transports qui avait lancé une grève à la rentrée, relayé par les salariés de Matis, ce qui avait provoqué des protestations chez les jeunes, dégénérant en échauffourées.

La première à avoir émis un recours pour annuler le nouveau marché de 2021 fut la société Matis, anciennement gestionnaire et titulaire d’un lot, mais qui avait été déboutée.

A la suite de l’attribution des lots, trois autres sociétés lui avaient emboité le pas, pour des raisons propres à chacune.

L’oiseau bleu avait été rejeté du lot 2, « Exploitation des services de transport pour les établissements du Nord du Département », pour lequel il postulait. Son recours était basé sur 8 points, dont le montant du marché. Il a été obtenu par Matis pour 51 millions d’euros, soit 20 millions de moins que la proposition du requérant. Mais selon le juge, « il ne résulte pas de l’instruction que ce prix ait été fixé à un niveau anormalement bas », d’autant que en dehors de l’entreprise L’oiseau bleu, « les candidats classés en 2ème et 3ème position ont proposé des prix voisins de celui de l’offre retenue ».

Ouvoimoja sur la CADEMA

Les personnes en situation de handicap seront transportées par Tama Ya Leo Na Meso

Sur le lot 1 de la gestion, la société M. Environnement, anciennement Compagnie Mahoraise de Transports scolaires (CMTS) avait déposé un recours après avoir été écartée en raison des notes obtenues. Le jugement du TA n’estime pas qu’il y ait eu une « dénaturation du contenu de son offre par le département ».

Enfin le groupement Ouvoimoja Transport qui avait déposé une requête contre la Convention de gestion provisoire, s’était finalement désisté pour porter plutôt son recours contre le nouveau marché, sur les lots 1,2, 3, 4. Le tribunal reconnaît qu’ils ont « manifestement connu une importante diminution de leur activité et de leur chiffre d’affaires depuis qu’ils ne participent plus au service des transports scolaires, dans un rôle de cotraitant pour les prestations correspondant au lot 2 ou dans un rôle de sous-traitant pour le lot 1 », mais remarque que « cette situation d’éviction leur est imputable dès lors que le département de Mayotte et la société étaient disposés, lors des discussions préalables à la passation des nouvelles conventions de gestion provisoire, et demeurent disposés depuis qu’ont été signées les conventions, à les associer pleinement à l’exécution du service public sur les même bases que précédemment. » Débouté sur ce recours, le groupement Ouvoimoja Transport effectuera le ramassage des élèves sur la communauté d’agglomération CADEMA.

A noter que le groupement Tama Ya Leo na Meso hérite du Centre et du lot intégrant les Personnes à mobilité réduite, et que la gestion sera opérée par Transdev Service Mayotte, antenne du groupe français multinational de transport.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.