24.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueilEconomieTransport scolaire : le tribunal administratif déboute Matis et laisse le Département...

Transport scolaire : le tribunal administratif déboute Matis et laisse le Département trancher

Il va falloir que les élus départementaux arbitrent, et ça presse. Le marché du transport scolaire est une nouvelle fois l’objet de tractations à une période où les élèves ne demandent qu’une chose, aller en cours. Ça finit par agacer. Nous décryptons les forces en présence.

Signé en 2015 pour trois ans, le marché des transports scolaires d’un montant avoisinant les 30 millions d’euros, a déjà fait l’objet de deux avenants (prolongation), depuis son échéance en 2018, quand la loi en autorise un seul. Mais les passations successives ont été juridiquement contestées. Le cabinet qui assistait le conseil départemental dans la maîtrise d’ouvrage (AMO), n’avait pas été reconduit, et, depuis, une nouvelle compétence avait été choisie.

Cette année ne déroge pas. Il n’a pas eu d’anticipation du conseil départemental pour lancer un nouveau marché en 2020, c’est donc reporté d’une année. Arrivé au terme de l’avenant le 31 juillet, il fait l’objet d’une Convention de gestion d’un an, mais qui n’a pas encore été signée par les élus. Il doit pourtant permettre d’offrir un cadre légal pour transporter les élèves depuis lundi, avant qu’un nouvel appel à marché public soit lancé pour 2021. C’est là que ça se complique.

Pour bien comprendre, penchons nous sur les protagonistes. La compétence du transport revient au Conseil départemental. Qui a alloué en 2015 le marché à deux titulaires, les sociétés « Tama ya leo na meso » et Matis. Cette dernière en est également le gestionnaire et travaille avec des cotraitants et des sous-traitants. Seules ces deux sociétés sont susceptibles de signer la Convention de gestion qui prolonge d’un an le marché. Mais un des cotraitants, Ouvoimoja Transport, représentant 5 transporteurs, conteste depuis 3 ans ces renouvellements qui bénéficient implicitement aux deux titulaires, Tama et Matis. Ils souhaitent être eux aussi titulaire du marché, sans attendre de nouveau un an. Ils avaient d’ailleurs proposé une « procédure négociée sans publicité ni mise en concurrence », en lieu et place d’un nouvel avenant ou d’une convention de gestion. Ils manifestent donc leur mécontentement.

Une phrase aux mots bleus

Le convoité marché du transport scolaire

Voilà pour le cadre institutionnel. Ce qui perturbe aussi le transport de nos scolaires en cette rentrée, c’est la grève d’une partie des salariés de Matis. La raison : une petite phrase inscrite par le conseil départemental dans la rédaction du nouvel appel d’offre du 25 juin dernier, pour 2021. Il indique que « les salariés sont susceptibles d’être repris » par l’entité qui remporterait le marché, nous explique Siaka Anli, délégué FO Transports, chez Matis. Sous-entendant qu’ils pourraient ne pas l’être. Les grévistes soupçonnent même une des sociétés intéressée par le marché, la réunionnaise « L’oiseau bleu », d’avoir soumis au conseil départemental, l’idée d’une reprise sans contrainte sur le personnel. D’où sans doute la réaction de Matis et de ses agents. Bien que l’échéance soit à un an, craignant de perdre leur emploi, les salariés se sont mis en grève, faisant pression sur le conseil départemental en cette période cruciale de rentrée scolaire, « si les élus retirent cette phrase, nous reprenons immédiatement le travail », lâche Anli Siaka.

Le tribunal administratif déboute la société Matis

Parallèlement à cette grève de son personnel, la société Matis avait déposé un référé pour annuler la procédure de passation de marché public. Notamment pour défendre son personnel, mais aussi pour diverses raisons, comme la présence dans le document d’informations qui révèleraient en partie la teneur de son offre. Sa demande a été rejetée par le tribunal administratif ce mardi. Ce qui maintient le texte de l’appel à marché public en l’état, avec la petite phrase qui fâche. « La balle est dans le camp du conseil départemental, ce sont eux qui doivent en modifier la rédaction », conclut le syndicaliste.

Pour l’instant, une partie seulement des élèves est transportée, et dans un cadre plutôt informel, plusieurs n’ont donc pas encore pu retrouver le chemin des écoles, ils en sont privés depuis 6 mois.

Dans un communiqué, le Département indique travailler actuellement à “sécuriser juridiquement ce service”.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139531
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "dans l'obligation de couper la distribution d'eau...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139531
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139531
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139531
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139531
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139531
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com