24.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueilOcéan IndienOutre-mer : "Des entreprises essentielles à la vie locale sont menacées de...

Outre-mer : “Des entreprises essentielles à la vie locale sont menacées de disparaître”, alertent des sénateurs

"Les critères d’éligibilité des mesures nationales d’urgence du Gouvernement doivent être davantage adaptés aux caractéristiques du tissu entrepreneurial ultramarin", met en garde la délégation sénatoriale aux outre-mer, qui émet 20 recommandations pour accompagner les territoires ultramarins.

Alors que s’engage la phase de déconfinement en métropole et dans les outre-mer, en dehors de Mayotte, et à la suite d’une première série d’auditions conduites par les trois rapporteurs de l’étude sur l’urgence économique dans les outre-mer – Stéphane Artano (RDSE, Saint-Pierre-et-Miquelon), Viviane Artigalas (Socialiste et républicain, Hautes‑Pyrénées) et Nassimah Dindar (Union Centriste, La Réunion) –, la délégation sénatoriale aux outre‑mer a décidé de transmettre au Gouvernement 20 recommandations pour accompagner les territoires ultramarins. (Lire les 20 propositions urgence économique outre-mer).

Le 14 mai, les sénateurs ont longuement interrogée la ministre des outre-mer Annick Girardin sur de nombreux sujets de préoccupations concernant notamment les aides aux entreprises, les transports aériens, les règles de quatorzaine, les réseaux d’eau, le rôle des médias locaux, les équipements et matériels sanitaires, la progression de l’épidémie à Mayotte et en Guyane ou encore la situation des étudiants. La ministre a également présenté le plan Tourisme du Gouvernement, adopté le même jour, pour soutenir ce secteur particulièrement impacté.

La frilosité du secteur bancaire

Un effet d’éviction des dispositifs pour les TPE

Face à l’ampleur et à la gravité de cette crise, les rapporteurs de la délégation ont estimé que l’adaptation des dispositifs d’urgence nationaux et le soutien aux collectivités territoriales devaient être prioritaires.

Pour Stéphane Artano, « les mesures nationales d’urgence économique s’appliquent en principe dans les outre‑mer. Cependant, les spécificités du tissu économique des outre‑mer induisent un effet d’éviction de ces dispositifs pour une large partie de leurs entreprises. La forte proportion de très petites entreprises et d’entreprises unipersonnelles, la frilosité traditionnelle du système bancaire, la proportion d’entreprises en grande fragilité et certaines différences statutaires risquent d’exclure en pratique des pans entiers d’activités du bénéfice des mesures de solidarité nationale ».

« Des entreprises essentielles à la vie locale sont menacées de disparaître, en particulier dans le tourisme et le BTP, secteurs pour lesquels on peut même parler d’urgence extrême, sachant que les perspectives de reprise ne sont plus envisagées avant la fin de l’année. Le plan Tourisme du Gouvernement doit absolument tenir compte de la problématique cruciale des transports aériens et de la fermeture des frontières internationales », a estimé Viviane Artigalas.

Économie informelle et fonds européens

Nassimah Dindar, Délégation sénatoriales aux outre-mer
Nassimah Dindar évoquait la chute brutale des recettes fiscales des collectivités à venir (Photo JDM)

« Les collectivités ultramarines sont menacées d’une crise financière majeure en 2020. En dépit d’appels pressants notamment de la part de notre collègue Georges Patient, un volet n’a toujours pas été traité : celui des finances locales. Ces collectivités vont devoir faire face à une chute brutale de leurs recettes fiscales, notamment l’octroi de mer et les différentes taxes indirectes. Cela aura de graves incidences sur leurs moyens d’interventions et sur leur capacité à mener une politique d’investissements »a alerté Nassimah Dindar.

Le président Michel Magras (Les Républicains, Saint‑Barthélemy) a indiqué que « le rôle de la délégation sénatoriale aux outre‑mer est de se faire le porte‑parole des préoccupations des outre‑mer et d’être force de propositions. Ses recommandations constituent la première étape d’une réflexion que nous entendons poursuivre au cours des prochaines semaines pour accompagner la résilience dans nos territoires face à une situation économique qui va durer».

Les propositions collent en effet à la réalité des territoires. On peut en effet lire pour la 18ème, “Prendre en compte le poids de l’économie informelle à travers le soutien à la microfinance et certains aides au secteur de l’économie sociale et solidaire”, alors que la 19ème porte sur l’inquiétude de ne pas voir consommer une partie des fonds européens du fait de la crise, “un premier plan de réallocation de 37 milliards de fonds de la politique de cohésion pour lutter contre les conséquences du Covid-19 a été adopté le 13 avril et peut ouvrir la voie à “des réaffectations des fonds européens 2014-2020 non consommés des programmes de cohésion, vers des mesures d’urgence et de relance”.
Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139533
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "dans l'obligation de couper la distribution d'eau...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com