26.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueilOcéan IndienCoronavirus : Parlementaires et élus locaux en appellent à l’armée

Coronavirus : Parlementaires et élus locaux en appellent à l’armée

« L’ennemi profite de la faiblesse de nos moyens pour frapper nos soldats », « Il faut envoyer l’artillerie lourde »… les élus mahorais multiplient les métaphores guerrière en réponse au président de la République qu’ils appellent à l’aide.

Il y a une semaine, la maire de Chirongui alertait sur l’impossible cohabitation entre le confinement et la surpopulation dans les cases en tôle, sur l’équipement insuffisant en masques et gels hydroalcooliques des soignants et aidants familiaux, sur une possible épidémie dans les îles voisines des Comores et Madagascar, et sur l’importation du virus par voie aérienne. Et proposait des solutions.

Une semaine après, ces points sont toujours d’actualité, en dehors de la restriction des arrivées aériennes, mais trop tardives, et d’un début de prise en charge des malades par l’ARS hors de leurs cases surpeuplées. En conséquence Hanima Ibrahima Jouwaou écrit au président de la République. Elle y rappelle ces points, en notant que 80 agents municipaux sont sur le terrain au quotidien (collecte des déchets, sécurité, aide à domicile, aide sociale d’urgence, état civil), « 80 agents pour lesquels j’ai demandé à l’ARS de Mayotte des protections, en vain ».

« Certains professionnels de santé tablent déjà sur 50% de la population contaminée d’ici 5 semaines avec 5% de cas graves, soit 7500 personnes. Avec nos 16 lits de réanimation pour prés de 300.000 habitants et nos 30 respirateurs, c’est un drame qui se profile », alerte la maire, qui demande de nouveau la mobilisation l’armée pour faire respecter un confinement total, une affectation de médecins, infirmières en nombre suffisant, l’envoi de matériel de protection et des tests de dépistage pour les soignants et la population, la réquisition dès à présent des locaux pour isoler les malades et l’engagement d’une réflexion immédiate sur la prise en charge des dépouilles. (Lire Courrier Chirongui Etat d’urgence sanitaire à Mayotte)

Le député Kamardine en appelle à la marine sur France Inter

Mansour Kamardine demande le renfort de la Marine nationale

Le député Mansour Kamardine avait lui aussi alerté sur l’incapacité de confiner la population dans le contexte d’habitat que l’on connaît, et, avait appelé au renfort de l’armée, notamment d’un navire hôpital, d’un bâtiment de la Marine Nationale, et de l’envoi de masques et de tests détection en nombre. Interviewé lors de la matinale de France Inter ce mercredi, il mettait en évidence une courbe plus qu’exponentielle du nombre de cas, « en dix jours, nous sommes à 35 cas », et disait craindre « une hécatombe ». Des cas de maladies ayant été diagnostiqués chez des policiers et des pompiers, il accusait : « L’ennemi profite de la faiblesse de nos moyens pour frapper nos soldats. » Et appelle de nouveau à « l’envoi de gel hydroalcoolique, de masques, de médicaments, par cargo », ainsi qu’au « prépositionnement d’un bateau de la marine nationale », notamment pour éviter une « saturation du système de santé » en cas d’arrivées de malades depuis les îles voisines. D’autant plus qu’il rappelait que l’île connaît une autre épidémie, celle de la dengue.

L’intervention de l’armée, c’est aussi une demande du sénateur Thani Mohamed Soilihi. « Mayotte, ce n’est pas un désert médical, c’est le néant médical », lâche-t-il lors d’une interview sur publicsénat.fr. En revenant sur le chiffre de 28 médecins libéraux sur l’île, en réalité « 18 équivalents temps plein, puisque certains sont des retraités qui acceptent de dépanner. »

Il livre la même inquiétude sur l’accroissement du nombre de cas, «cela se propage à vitesse grand V », « la seule solution est le confinement strict ».
Il faut donc « sortir l’artillerie lourde », pour d’un côté « obliger les gens à respecter ce confinement », et envoyer « 100 médecins supplémentaires d’urgence. » Il doit poser une question d’actualité au gouvernement ce mercredi.

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139533
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "dans l'obligation de couper la distribution d'eau...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com