24.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueilOcéan IndienLe président Macron installe une réserve naturelle aux Glorieuses, archipel réclamé par...

Le président Macron installe une réserve naturelle aux Glorieuses, archipel réclamé par Madagascar

C’est lors du lancement de l’Office français de la biodiversité ce 13 février depuis Chamonix (Mont-Blanc) que le président de la République a confirmé ce qu’il avait annoncé lors de sa visite à Mayotte en octobre 2019 : une réserve naturelle nationale sera créée d’ici le mois de juin.

Il s’agit de prolonger la réserve naturelle qui existe déjà sur les TAAF, les Terres australes et antarctiques françaises.

Après être passé à Mayotte, Emmanuel Macron avait fait une halte sur l’archipel des Glorieuses, d’une superficie de 165 km2 au nord du canal du Mozambique. Mais son annonce de réserve naturelle avait ravivé des tensions avec l’Etat malgache qui réclame sa légitimité de présence aux Glorieuses, et la restitution des îles Eparses*, « le respect de l’intégrité territoriale et la défense de nos intérêts passent par le dialogue », avait alors indiqué le président Andry Radjoelina. Un processus préalable avait d’ailleurs été enclenché par la mise en place d’une commission mixte paritaire entre Paris et Tananarive.

La nouvelle de l’implantation d’une réserve naturelle française pourrait donc être mal vécue du côté malgache. Le désaccord remonte au décret français du 1er avril 1960, proclamant l’indépendance de Madagascar, après son annexion par la France en 1897. L’intangibilité des frontières n’aurait pas été respectée, permettant de conserver notamment les Glorieuses dans l’escarcelle française.

Les îles Eparses, 6% du territoire maritime français

Pose d’une station et de GPS à Grande Glorieuse (©TAAF)

Ce n’est pas un regain soudain d’intérêt pour l’archipel de la part du président Macron. Il faut savoir tout d’abord que depuis 2013, un Parc Naturel Marin (PNM) y est implanté,
contigu d’ailleurs avec celui de Mayotte. Il a notamment empêché en 2015 un projet de prospections sismiques dans les eaux des Glorieuses, un avis suivi par l’Etat qui en a rejeté la demande. Et une des priorités du conseil gestion PNM des Glorieuses vise à limiter les activités illégales de pêche et de loisirs notamment en provenance de Mayotte, « qui conduisent aujourd’hui à remettre en cause les équilibres naturels et la biodiversité du Parc naturel marin », avait alors expliqué le conseil de gestion du PNM.

Pour justifier cette implantation, le président Macron évoquait « un impératif à la fois de préservation de la biodiversité présente et d’amélioration de notre présence scientifique indispensable. » Il s’agit notamment de l’observation du phénomène volcanique en cours à l’Est de Mayotte, puisque une station sismologique et un GPS ont été installés sur l’île de Grande Glorieuse le 13 mars 2019, au cours d’une rotation de l’armée française, et par une équipe de l’Observatoire Volcanologique du Piton de La Fournaise et de l’Institut de Physique du Globe de Paris.

A.P-L.

* Iles Eparses : Situées dans le canal du Mozambique, pour l’archipel des Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, et au nord de La Réunion, pour Tromelin. Tandis que la surface terrestre cumulée de ces îles ne dépasse pas les 43km?, l’ensemble de leurs eaux sous juridiction française représente un total de 640.400 km2, soit environ 6% du territoire maritime français. Les îles Éparses font partie du territoire des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), lui-même associé à l’Union Européenne, en qualité de Pays et Territoire d’Outre-Mer

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

4 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139532
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "nécessaire de couper la distribution d'eau sur...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139532
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139532
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139532
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139532
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139532
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com