19.9 C
Dzaoudzi
mardi 5 juillet 2022
AccueilEnvironnementPetite Terre : la nouvelle usine de dessalement livrée fin janvier

Petite Terre : la nouvelle usine de dessalement livrée fin janvier

Les travaux avancent à grand pas
Les travaux avancent à grand pas

Malgré une vue imprenable, le grutier n’a guère le temps d’admirer le paysage. Non loin de sa machine, un ouvrier est occupé à souder les centaines de mètres de tuyaux en plastique de 55mm d’épaisseur qui achemineront bientôt l’eau du platier jusqu’à la nouvelle usine. Et si les travaux doivent avancer vite, c’est qu’il y a un délai à respecter. L’Etat s’est en effet engagé à ce que l’extension de l’usine de dessalement soit livrée fin janvier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’arrivée de ces nouvelles machines va changer beaucoup de choses.
Actuellement, les opérations de dessalement ont lieu dans une usine qui a 20 ans cette année. Son extension actuellement en construction utilisera logiquement une technologie plus moderne et moins complexe.

Aujourd’hui, cinq personnes travaillent dans l’usine actuelle, explique le responsable Idrisse Chakira. Il explique que l’installation est pour l’instant soumise aux marées. “A marée basse, on doit diminuer la production car les pompes n’arrivent pas à acheminer l’eau. A marée haute, les trois moteur sont en marche. Avec la nouvelle machine, on n’aura pas de problème de marée car on va puiser plus loin.” Aujourd’hui, l’usine est alimentée en eau de mer par deux drains de 250m de long. Les nouveaux tuyaux en cours d’assemblage plongeront dans une cuvette qui rendront l’installation indépendante des marées.

Un technologie de filtrage chère et complexe

Une fois puisée, l’eau est filtrée à travers du sable, puis dans un micro-filtre de 5 microns et enfin, soumise au processus dit d’ “osmose inverse”, une technologie

Jean-Michel Renon, directeur de la SMAE
Jean-Michel Renon, directeur de la SMAE

“plus performante que l’évaporation” selon la SMAE, et qui consiste à séparer l’eau douce d’un concentrat d’eau plus salée. Le tout ponctué de divers traitements chimiques, pour stériliser l’eau de mer, puis pour protéger les filtres du chlore utilisé. En fin de parcours, l’usine rejette d’un côté à la mer le concentrat riche en sel, et d’un autre, envoie une eau parfaitement purifiée vers une cuve. Celle-ci est enrichie en minéraux pour la rendre potable. Le gros point noir de ce process, c’est la consommation énergétique de l’installation : 2,45kw d’électricité sont nécessaires à la production d’un mètre cube d’eau. En outre actuellement, pour chaque mètre cube d’eau de mer aspiré, seuls 40% en ressort potable.
La nouvelle installation permettra de porter la productivité à 50%. Mais l’eau ainsi produite restera chère. “Entre six fois et dix fois plus cher que l’eau issue de forages” informe Jean-Michel Renon, directeur de la SMAE. Pour l’heure, le prix de l’eau au robinet est mutualisé sur l’ensemble du territoire, dans un souci d’égalité, et il n’est pas prévu de répercuter sur le consommateur l’investissement de l’usine.

C’est pourquoi l’usine dont l’extension aura coûté 8,7 millions d’euros financés aux trois-quarts par l’Europe, ne tournera pas toujours à plein régime. “Elle ne tournera à plein que cinq mois dans l’année”, estime encore le directeur. Le reste du temps, elle servira à apporter le complément quand l’eau approvisionnée depuis Grande-Terre ne suffira pas. Actuellement, les 2/3 de l’eau consommée en Petite-Terre provient de la retenue de Dzoumonié. “On jonglera entre la sécurité (de l’approvisionnement) et les coûts” conclut M. Renon. A terme, la capacité de production du complexe de dessalement permettra même d’envoyer chaque jour 2000 mètres cube d’eau vers Grande-Terre. Mais avec une consommation à l’échelle du département d’environ 35 000 mètres cube, ces aménagements ne doivent surtout pas dispenser d’économiser la ressource en eau. Sans quoi la facture pourrait vite grimper, et les démons de l’année dernière, resurgir.

Y.D.

Ces immenses tuyaux achemineront l'eau du fond du lagon jusqu'à l'usine.
Ces immenses tuyaux achemineront l’eau du fond du lagon jusqu’à l’usine.

Le schéma de fonctionnement de l'usine actuelle
Le schéma de fonctionnement de l’usine actuelle

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

L’OFII pleinement opérationnel à Mayotte pour assurer l’intégration des étrangers régularisés

139528
Ce lundi s’est tenue l’inauguration de l’Office français de l’immigration et de l’intégration à Mayotte au sein de l’espace Coralium à Kaweni. Présent à l’occasion, son directeur général n’a pas manqué de rappeler les missions de l’OFII dans le cadre du Contrat d’intégration républicain. 12 agents sont désormais en mesure de faire les suivis nécessaires.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Elisabeth Borne, Mayotte, projet de loi pouvoir d'achat, Issa Abdou

Issa Abdou replace les enjeux de Mayotte au cœur du projet de loi « Pouvoir...

139528
Battu au 2ème tour dans la circonscription sud par le député sortant Mansour Kamardine, c’est peu de dire qu’Issa Issa Abdou se préparait à ces élections législatives. Il n’a d’ailleurs pas tout à fait tourné la page si l’on en croit le courrier qu’il vient d’adresser à la première ministre Elisabeth Borne, une liste de demandes pour que Mayotte figure en bonne place dans la prochaine loi « Pouvoir d’achat »
Gérald Darmanin, Mayotte, Outre-mer

Le ministère de l’Intérieur reprend le portefeuille des outre-mer

139528
Le nouveau gouvernement d’Elisabeth Borne a été dévoilé ce lundi 4 juillet par un communiqué de l’Elysée. L’outre-mer est absorbé dans le ministère de l’intérieur, comme une réponse sécuritaire au défi de ces territoires.

Mairie de Bouéni : dernières sommations avant un éventuel préavis de grève

139528
Le syndicat SNUTER FSU, dans un courrier adressé au maire de Bouéni vendredi dernier, a fait savoir qu’il souhaitait une « négociation préalable avant dépôt de préavis de grève ». Le syndicat demande «...

Susciter le débat et l’échange, le pari réussi du premier festival durable de Mayotte

139528
Aux abords de Musical plage ce samedi, l’ambiance festive était de mise. L’association Yes We Can Nette organisait son premier festival éco musical. Malgré l’absence de la délégation sénatoriale, dont la présence était attendue pour aborder la problématique de la gestion des déchets dans les territoires ultramarins, le sujet n’en est pas moins resté central.
AMF, Délégation outre-mer, Mayotte

Création d’une délégation ultramarine au sein de l’Association des maires de France

139528
C'est une 1ère chez les maires de France: ils ouvrent une plage d'expression propre à leurs pairs d'outre-mer. Pour Mayotte, c'est logiquement Madi Madi Souf, président de l'AMM, qui y siège
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com