24.9 C
Dzaoudzi
mardi 9 août 2022
AccueiljusticeProcès SIM/Azihary : Mahamoud Azihary condamné à rembourser 170.000 euros

Procès SIM/Azihary : Mahamoud Azihary condamné à rembourser 170.000 euros

Les avocats Me Ahamada et Me Idriss
Les avocats Me Ahamada et Me Idriss

L’affaire avait été jugée en juin dernier, après 5 renvois, dont 4 de son fait : l’ancien directeur général de la SIM était accusé d’avoir perçu indûment une indemnité de 435.480 euros lors de son départ.

Mahamoud Azihary s’est toujours vu en sauveur de la SIM, et les chiffres lui donnent raison, ainsi qu’un audit diligenté lorsque la trésorerie commence à faire défaut. Est ce son indemnité mensuelle de 12.000 à 20.000 euros, qu’il a toujours déclaré conforme aux structures comparables en métropole, qui a dérangé, ou son mode de management, parfois viril ? En tout cas, le changement de conseil d’administration de la société, va sonner le glas de l’ère Azihary.

L’auteur de Mayotte en « Sous-France », voit la main de l’Etat, lorsque le docteur Ramlati Ali est élue à la présidence de la SIM. Si elle vote avec les représentants de l’Etat en faveur de son départ, obtenu par 8 voix contre 2, elle explique que c’est après avoir cherché un consensus avec son directeur. Qui rappelle qu’un courrier était sorti opportunément à Paris sur le non renouvellement des directeurs de SIDOM après deux mandats.

Mahamoud Azihary fait appelSIM extérieur

Des arguments qui ne peuvent que rester en marge d’une décision judiciaire, qui ne porte que sur le contenu de la délibération de 2012 précisant ses indemnités de départ. S’il prétend qu’aucun montant n’y figure, la SIM produit le document qui les fixe à 130.000 euros par an, en indiquant à l’article 5 que toute révocation monterait l’indemnité à 2 ans de salaire. Soit 260.000 euros, auquel il est rajouté un billet d’avion pour Paris, pour lui et sa famille, d’un montant de 4.000 euros.

La somme de 435.480 euros, qu’il justifiait notamment par des frais de transport aériens pour prés de 40.000 euros, est jugée exagérée, et Mahamoud Azihary est donc condamné à restituer 170.952 euros.

Logiquement, sa demande de 2 millions d’euros de dommage et intérêts est également rejetée. « C’est ce que demandait la SIM », commente Me Idriss.

Me Ahamada qui défend Mahamoud Azihary indique que son client va faire appel : « Les indemnités de ruptures sont calculées sur une rémunération de base, dont les 264.000 euros ne sont qu’une partie. D’autres avantages sont prévus. » Avant de détailler, Nadjim Ahamada préfère s’appuyer sur la lecture de la délibération qu’il n’a pas encore eue entre les mains.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Dzaoudzi ce mercredi 10 août de 9 h...

139523
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Dzaoudzi qu'il est "dans l'obligation de couper la distribution d'eau...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139523
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139523
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139523
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139523
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139523
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com